LES ZONES MARINES PROTÉGÉES SONT ESSENTIELLES POUR NOTRE ÉCOSYSTÈME

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

L’océan couvre plus de 70 % de la surface de notre planète et sa santé est essentielle à toute vie sur Terre.

25 % de toutes les espèces connues vivent dans l’océan ; trois personnes sur sept ont recours aux fruits de mer dans leur régime alimentaire pour obtenir des protéines d’origine animale ; l’océan est un important créateur d’emplois, avec 60 millions de personnes employées dans le monde dans les seules industries de la pêche et de l’aquaculture.

L’océan est également responsable de la production d’environ la moitié de l’oxygène de la planète. Il contribue à absorber la chaleur et à réguler la température globale, ce qui a un impact sur notre météo et l’habitabilité de la planète.

Mais de la surpêche à la pêche illégale, du développement rapide des côtes et de la pollution à l’exploitation minière des fonds marins et au changement climatique, notre océan est menacé par les activités humaines.

Les grandes aires marines protégées peuvent nous aider. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Une aire marine protégée – ou AMP – est une zone géographique définie dans l’eau qui est gérée de manière à assurer la conservation à long terme de la nature et de la biodiversité.

Dans ces zones, la pêche et les autres activités humaines sont limitées, ce qui permet aux populations décimées de se reconstituer tout en protégeant les espèces clés et les habitats vulnérables.

Au fil du temps, les zones entièrement protégées permettent d’obtenir des poissons plus nombreux et plus gros et une plus grande biodiversité, ce qui profite aux pêcheries, aux espèces hautement migratoires et offre des avantages économiques, en renforçant la résilience aux impacts du changement climatique et en sauvegardant les cultures traditionnelles liées à la mer.

Une AMP doit présenter des caractéristiques essentielles

  • ée sur la conservation : avant tout, pour répondre aux normes mondiales relatives aux aires marines protégées, une aire doit être conçue avec la conservation comme objectif principal.
  • Buts et objectifs définis : Les buts et les objectifs doivent être clairs et définis, par exemple, nous devons être en mesure de dire ce que nous protégeons, de quoi nous le protégeons.
  • Une taille, un emplacement et une conception appropriés : Les AMP doivent protéger des endroits qui peuvent encore bénéficier de la conservation. Si on les place dans une zone morte de l’océan ou dans une zone qui a été détruite par une pêche destructrice, il sera difficile d’obtenir des avantages en matière de conservation. Elles doivent également être suffisamment grandes et comporter suffisamment de protections dans leur conception pour apporter des avantages en matière de conservation.
  • Conçus pour apporter des avantages : C’est ici qu’intervient le P dans MPA. Elles doivent offrir une protection contre les activités humaines. Autoriser une activité d’extraction industrielle dans une zone signifie qu’elle ne répond pas aux normes de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) pour une AMP.
  • Des frontières définies : Ses frontières doivent être établies, légalement désignées et reconnues par le pays qui contrôle ses eaux.
  • Plan de gestion : Les AMPs qui réussissent ont des plans de gestion clairs et détaillés qui expliquent comment la surveillance, l’application et d’autres formes de gestion auront lieu.
  • Ressources et capacités de mise en œuvre : Pour qu’une AMP réponde aux normes de l’UICN, elle doit disposer d’un financement et d’un personnel suffisants pour lui permettre d’apporter des avantages en matière de conservation.

Les AMP efficaces partagent 5 caractéristiques :

  • Aucune prise – Aucune pêche n’est autorisée.
  • Bien appliquées – Il s’agit d’AMP où il y a à la fois une surveillance et une application efficace, ainsi que la capacité de financer et de doter ces activités.
  • Vieille – Ceci s’applique aux AMP en place depuis plus de 10 ans. Beaucoup de grandes AMP sont encore jeunes, mais plusieurs devraient bientôt atteindre ce stade.
  • Grandes – Les AMP de plus de 100 km2 produisent de plus grands bénéfices.
  • Isolées – Les zones protégées plus éloignées des impacts côtiers et des populations humaines produisent plus de bénéfices.

Il y a dix ans, de nombreux pays remettaient en question la valeur des aires marines entièrement protégées, mais le vent a commencé à tourner en 2010, avec l’objectif, sous les auspices de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique, de conserver collectivement au moins 10 % des zones côtières et marines d’ici 2020. Une vague de désignations de protection marine a suivi dans le monde entier.

La dernière décennie a montré qu’il est possible de mettre en pratique les idées de conservation.

Pourtant, aujourd’hui, moins de 3 % des océans sont entièrement ou fortement protégés des effets de la pêche.

Un appel mondial de plus en plus fort est lancé en faveur de la protection d’au moins 30 % de nos océans – plus de 100 pays et l’UE soutiennent cet objectif. Et la décennie à venir offrira aux dirigeants de nombreuses occasions de tenir leurs engagements en matière de conservation.

La protection de l’océan, cette ressource fragile et essentielle, nécessitera un leadership audacieux. Après tout, la vie telle que nous la connaissons n’existe que grâce à notre océan.

Plus à explorer

Le sport de plein air est une activité qui nous met facilement en contact avec notre environnement naturel.
Lorsque vous êtes à l'extérieur et que vous profitez d'un bel endroit naturel, comment vous sentez-vous lorsque vous rencontrez des déchets ?
Comment pouvons-nous améliorer nos habitudes de course et réduire notre impact sur l'environnement ?

Our Story

Acting for change

Voices of change

Stories of change

Shining a light

Newsletter